Menu Fermer

Avis négatif sur le Plan Local de l’Urbanisme Intercommunal (PLUI), intervention de Jean-Paul au Conseil Municipal du 4 février 2019

Madame la Maire, chers collègues,

Il nous est demandé aujourd’hui d’émettre un avis sur le Plan Local de l’Urbanisme Intercommunal (PLUI). Quelques remarques sur ce sujet.

Tout d’abord, comme c’est très souvent le cas, il faut noter la qualité de ce document, qui demande de toute évidence un énorme travail sur plusieurs années, c’est bien la moindre des choses que de le saluer.

Sur le fond, autant le dire tout de suite, nous partageons l’orientation générale qui est développée sur ces questions d’aménagement. La mise en avant et la protection de la nature sont très présentes, au travers des éléments concernant la ceinture verte, la trame verte et bleue, etc. De la même manière, considérer comme un atout à préserver et à encourager le modèle de « Métropole archipel », où les centres-urbains ne s’agglomèrent pas puisque coupés par des zones naturelles, va dans le bon sens. Vous l’aurez compris, à la lecture des orientations politiques de ce PLUI, il semble que la volonté d’un urbanisme équilibré, respectueux de l’environnement et de ses différents territoires, aussi bien en cœur de Métropole que dans ses extérieurs, soit réelle.

Malheureusement, ces paroles, ou plutôt ces écrits, sont contredits par les actes, par le réel. Voici deux exemples pour illustrer cette différence entre orientation affichée et politique mise en place.

Le premier concerne la disparition des terres agricoles. Ce PLUI propose que près de 2000 hectares de terres disparaissent, pour 2/3 au profit de logements et pour le tiers restant au profit d’activités économiques. Si nous convenons qu’un territoire dont le dynamisme démographique et économique n’est plus à prouver, a besoin d’espaces pour se développer, nous serions favorables à ce que l’étalement urbain soit l’option ultime. Dents creuses, logements et bâtiments vides, densification mesurée, voici les outils sur lesquels nous pensons qu’il faut miser en priorité. Dans ce contexte, l’inique projet Open Sky fait couler beaucoup d’encre, et pour cause. Sans redonner tous les arguments qui ont déjà, ici et ailleurs, été développés, force est de constater qu’il est contradictoire pour Rennes Métropole de parler de préservation de l’environnement tout en validant ce genre de programme. Pour rappel, il s’agit tout de même d’un projet de centre commercial XXL de 25 000m² sur des surfaces agricoles et naturelles qui, non seulement, ne répond à aucun besoin au regard de l’offre commerciale existante, mais en plus nuirait aux petits commerces de villes. Première contradiction majeure.

La seconde concerne le modèle de Métropole-archipel que j’ai déjà évoqué. Si ce modèle est une richesse à préserver, il doit être valable non-seulement pour l’habitat mais aussi pour l’implantation d’entreprises. Vous l’aurez compris, il y a à nouveau un paradoxe de taille entre ce modèle et la politique d’aménagement économique mise en place. 100% du parc de bureaux se trouve dans notre ville ou dans son immédiate proximité (Alphadis, Via Silva …), et cette réalité continue à être encouragée au regard de la nouvelle ZAC EuroRennes dont vous inaugurez les premiers bâtiments. La Métropole-archipel n’est donc valable que pour les habitants et non pour leurs lieux de travail, ce qui pose plusieurs problèmes en termes de déplacements en général, et de pollutions en particulier. Voilà pourquoi nous sommes favorables à ce que l’aménagement des entreprises se fasse au plus près des lieux de vie, ce qui n’est malheureusement pas le cas sur notre territoire.

Voilà Madame la Maire, j’en arrêterais là, vous l’avez compris, la distorsion entre les paroles et les actes est trop forte concernant ce PLUI et les politiques menées jusqu’alors en matière d’urbanisme. C’est pourquoi nous voterons contre.

Merci de votre écoute.

Autres articles qui pourraient vous intéresser