Menu Fermer

Éléments sur les déplacements à Rennes, intervention de Yannick au Conseil Municipal du 1er avril 2019

Madame la maire, chers collègues,

Le Plan de Déplacement Urbain a été présenté à Rennes Métropole le 31 Janvier 2019. Nous sommes intervenus à ce sujet. L’ambition de ce plan est patente. Le travail d’analyse et de diagnostic qui a été réalisé est important et aide à comprendre la situation et les perspectives attendues.

Parmi les constats négatifs que nous avions notés, il y avait l’usage assez faible des transports en commun sur la Métropole, la situation sur la Ville est un peu meilleure mais pourrait encore largement être améliorée (18.8% des déplacements pour le transport en commun contre 32.8% pour la voiture).

Il en va de même pour le retard constaté dans le déploiement des infrastructures permettant un meilleur et un plus grand usage du vélo. En effet, constater que la part du vélo n’a augmenté de que 0,1 point entre 2007 et 2018 (passé de 5,2% à 5,3% des déplacements) est un aveu d’échec. Le rapport indique que sur 415 km de voies cyclables prévues, seules 150 ont été réalisées. Le diagnostic n’indique pas les raisons pour lesquelles cet objectif n’a pas été atteint. Il est important d’en connaître les causes. Il n’évoque pas non plus les dispositions prises pour rattraper le retard constaté ci-dessus.

La diminution de l’usage de la voiture en ville est un objectif important du présent PDU. Celui-ci affiche un taux d’usage cible de 40%. Cela permettrait de diminuer de 80% la production des oxydes de carbones et de 10% celle des particules fines. Au regard de l’accroissement très sensible de la fréquence des alertes de pollution aux particules fines, et de l’accélération de la dégradation du climat, il est clair que sur la durée de vie du PDU nous serons contraints de réviser nos objectifs pour les accentuer.  La limitation de la vitesse en ville et sur la rocade peut être un objectif pour la qualité de l’air et la qualité de la vie en ville.  Cela pourrait être adapté au fur et à mesure de l’évolution de la situation climatique. Toujours sur le sujet de l’automobile, il est dommage que le projet de PDU n’aborde pas l’un des points critiques de la circulation automobile à Rennes. La Zone Ouest de la rocade, autour du site de la Barre Thomas est l’objet d’engorgements réguliers. Les opérations de rénovation urbaine en cours n’intègrent pas non plus de dispositifs qui pourraient améliorer la situation, pour les véhicules, les transports en commun et pour le vélo.

La ville de Rennes demande que des précisions soient apportées quant à l’organisation de la logistique urbaine en ville. C’est une question clef. Nous partageons cette préoccupation. Les norias de véhicules y assurant des livraisons est un facteur d’inconfort pour les habitants et bien sûr de pollution.  La recherche de solutions est effectivement opportune.

Pour terminer, nous continuons et continuerons de déplorer, quant au territoire de la Métropole le manque de projets majeurs concernant le train, et notamment d’un projet de RER Métropolitain qui, indéniablement, donnerait des solutions autres que les embouteillages récurrents du matin à beaucoup de monde.

Pour toutes ces raisons, nous nous abstiendrons sur cette délibération.

Autres articles qui pourraient vous intéresser