Menu Fermer

« Le choix est clair, le tourisme d’affaire est privilégié au tourisme populaire », intervention de Yannick au Conseil de Rennes Métropole du 15 novembre 2018

            Monsieur le Président, chers collègues,

            Cette délibération propose le versement d’un certain nombre de subventions à la SPL (Société publique locale) Destination Rennes pour l’année prochaine et quelques-unes pour cette année, à titre rétroactif. Ces subventions seraient versées en fonction des 3 missions de la SPL. À regarder de près, leur répartition traduit des orientations politiques qui ne sont pas satisfaisantes pour les habitants de notre Métropole.

            La première mission est celle dite de l’office du tourisme. Pour moi, cette mission devrait être le cœur d’une Société Publique chargée des affaires touristiques. C’est dans le cadre de cette mission qu’est ouvert au public l’office du tourisme, qu’on peut trouver des renseignements sur les attraits touristiques de notre territoire sur un site internet bien fait ou encore avec des  visites guidées organisées.

Malheureusement, vous faites le choix de ne pas développer cette mission, et même au contraire d’en limiter le développement. Ainsi, comme c’est le cas depuis plusieurs années, le budget qui lui est alloué est en baisse. De 2 172 500€ en 2018, il est prévu de baisser son budget de fonctionnement à 2 135 160€ en 2019. Soit une baisse de près de 40 000€.

            En plus de la seconde mission qui vise à favoriser « l’attractivité de la destination métropolitaine » et de gérer le Centre des Congrès des Jacobins, une 3ème mission vient d’être attribuée à la SPL : promouvoir la marque de territoire « Destination Rennes Business Services ». Ces deux missions ont des objectifs proches : faire venir une clientèle de professionnels, aisés, notamment dans le cadre de congrès.

Dès lors, la séparation de ces deux missions semble étonnante. Peut-être cela permet-il de mieux faire accepter les budgets colossaux qui sont alloués à cette décision politique.  Il est quand même question de plus de 2.4 millions d’euros pour l’année prochaine de budget de fonctionnement pour les missions 2 et 3. Soit 800 000€ en plus que pour 2018 et donc plus que le budget pour la mission office du tourisme.

Il faut également noter que cette fois-ci, le rapport annuel ne détaille pas l’affectation des effectifs en personnel en fonction des 3 missions de Destination Rennes, notamment concernant sa mission Office du tourisme.

Le choix est clair, le tourisme d’affaire est privilégié au tourisme populaire.

            Cette politique d’attractivité a des impacts économiques très ciblés et touche somme toute peu de Rennais et encore moins les autres habitants de la Métropole.  Elle se concentre sur une clientèle très limitée. Par contre, les effets de cette stratégie touristique sur la sociologie du centre-ville de Rennes sont visibles, ils se réalisent sous nos yeux, des espaces de restauration bon marché disparaissent au profit de lieux plus onéreux. L’offre s’adapte à la demande, la part de la clientèle aisée augmente donc les commerces s’adaptent.

Par ailleurs, cette politique est un gouffre financier pour notre Métropole. Ce point a été débattu, ici même, il a peu. Le déficit prévisionnel semble décroître, pour autant la part des subventions pour l’usage du Palais des Congrès est très forte.

            Il y a certes des retombées économiques pour les commerces du centre-ville comme par exemple le nombre de nuitées  dans les hôtels. Mais globalement, les retombées économiques sont difficilement quantifiables. Un média local a bien montré que les 20 millions d’euros mis en avant proviennent d’un calcul qui, au mieux, est fort discutable. En effet, le Conseil Économique et Social a indiqué que l’on ne dispose de « peu, voire pas de statistiques globales et homogènes fiables (…) pour mesurer le poids du tourisme d’affaires et suivre son évolution».

            Aussi, malgré leur baisse, je soutiens les budgets pour l’office du tourisme mais pas ceux concernant le tourisme d’affaire. C’est pourquoi j’aimerais qu’il y ait plusieurs votes sur cette délibération comme l’autorise l’article 16 de notre Règlement intérieur.

 

            Merci de votre écoute.

Autres articles qui pourraient vous intéresser