Menu Fermer

Nouvelle hausse des tarifs du transport, c’est toujours non ! Intervention de Yannick au Conseil de Rennes Métropole du 17 mai 2018

 

Monsieur le Président, chers collègues, La délibération proposée ce soir porte sur l’évolution des tarifs pour les différentes modalités de transport gérées par Rennes Métropole. Le document est détaillé et permet de bien analyser les tarifs, ceux qui sont stables et ceux qui évoluent. Cet ajustement tarifaire annuel s’inscrit à la fois dans les modalités de l’exercice budgétaire de la Métropole et dans les clauses de révision du marché de délégation de service public de transport collectif. Dans la mesure où nous intervenons chaque année sur ce sujet mon intervention sera brève. J’axerai mon propos sur les transports collectifs bus et métro.

Il faut noter et reconnaître la stabilité pluri annuelle du prix de transport à l’unité (1,5 euros depuis 4 ans). C’est avec la tarification sociale un point satisfaisant de la politique de Rennes Métropole.

Pour autant, globalement, la politique de tarification ne me paraît pas convenable. Tendanciellement les prix augmentent de façon continue. Prenons des exemples significatifs.

Les formules de rechargement de titres sur la carte korrigo augmentent à nouveau cette année : 10 trajets ne couteront plus 13.05€, par exemple, mais 13.50€ (soit +3.45% par rapport à l’année dernière). De la même manière, la tarification des abonnements est également contestable. En 2018 ceux-ci augmentent au regard de 2017, dans des taux qui se situent autour de 1,40 %. C’est au-delà de l’inflation. Le principe de l’abonnement représente une part significative du choix d’achat de transport de la part des habitants de la Métropole.  En termes de recettes de titres de transport de la Star, ils représentent 47,07 % du total de celles-ci. Il y a donc un nombre très important d’usagers impactés par ces hausses.

Si nous procédons à l’observation des tarifs sur quatre ans (de 2014 à 2018), le taux d’augmentation pour les différents abonnements oscille entre 7% et  8% pour les adultes de plus de 26 ans. C’est significatif et, à nouveau, bien au-delà de l’inflation. En effet, le taux donné par l’Insee pour l’évolution des prix de biens et services pour la même période avoisine 3,2 %. Il y a donc bien un écart qui pénalise les dépenses obligatoires que doivent supporter les usagers. Nous le savons, le transport est un besoin fondamental pour vivre, travailler, être libre d’aller et de venir. Nous devons faire en sorte que ce besoin soit protégé, cette hausse ne va pas en ce sens, bien au contraire.

Enfin, je tiens à attirer votre attention sur un point particulier de la politique de tarification de la Métropole. Les participants ou les organisateurs des congrès qui ont lieu à Rennes vont bénéficier de remises substantielles, pouvant aller jusqu’à 50 % sur les différents types de « pass ».  Il est dommage qu’il n’y ait pas une simulation globale du poids financier de cette décision. C’est certes un exercice difficile à ce stade du fonctionnement du Couvent des Jacobins mais une simulation même imparfaite est, pour prendre ce genre de décision, nécessaire. Au delà de ce point de présentation, il y a un paradoxe entre cette tarification préférentielle pour un nombre limité d’usagers et l’évolution en hausse nette des prix pour une part très importante des usagers quotidiens des transports collectifs. À l’avenir, au lieu d’augmenter les espaces de privilèges il nous faudra augmenter les espaces de gratuité.

 Au regard de ce qui précède, et compte-tenu de l’objectif politique de baisse progressive de la tarification qui guide mes décisions en matière de transport, je voterai comme chaque année contre cette délibération.

Autres articles qui pourraient vous intéresser