Menu Fermer

Nouvelle transgression du principe de laïcité, intervention de Yannick au Conseil Municipal du 23 mai 2016

images

Mme la Maire, chers collègues,

Cette délibération nous invite à financer les travaux immobiliers et techniques relatifs au bâtiment hébergeant le Centre Culturel Islamique du Blosne. Il s’agit d’une aide à hauteur de 300 000 euros. Comme nous l’avons déjà évoqué, discuté, argumenté, notre vision de la laïcité nous conduit à nous opposer au financement public d’associations cultuelles même si ici le terme culturel masque cette réalité.

Pour nous la religion est une affaire privée, une affaire de croyance, de conviction intime. L’Etat, même par l’intermédiaire des collectivités ne doit pas y interférer ni même la subventionner.

Il faut bien entendu respecter les croyances. C’est l’un des principes fondateurs de la loi de 1905. Il faut aussi lutter contre toute forme de discrimination liée aux croyances, à la spiritualité. Notre engagement est sur ce point sans ambiguïté, il le restera.

Par ailleurs, financer ce Centre culturel islamique est d’autant moins acceptable quand on lit les propos de son Président, datant de 2013, propos d’ailleurs figurant sur le site de Rennes métropole :

Je vais vous en citer une courte phrase.

« Les garçons et les filles reçoivent la même éducation. L’Islam réserve à la fille une éducation particulière liée à sa féminité pour être bonne épouse, respecter sa chasteté et son honneur, devenir une mère clémente et généreuse qui enseigne à ses enfants les valeurs de la société. » Pour la prière, un espace lui est dédié. Ce jour-là, les femmes boivent le thé à l’abri des regards masculins.

C’est propos sont propres à leur auteurs au nom de leur croyance. C’est leur vision. Mais ils ne doivent en aucun cas être portés par notre Etat et notre collectivité. Ils sont ici d’ailleurs en parfaite antinomie des principes Républicains. Que font ils sur le site de Rennes Métropole ?

Bien entendu nous voterons contre cette subvention. Par ailleurs nous souhaitons obtenir toute explication sur la présence de ces préceptes sur un le site d’une collectivité publique.

Autres articles qui pourraient vous intéresser