Menu Fermer

Pacte finance-climat, des bonnes intentions mais aucune illusion. Intervention de Yannick au Conseil Municipal du 3 décembre 2018

Madame la Maire, chers collègues, chers amis écologistes,

Vous connaissez nos convictions écologistes fortes car elles ne sont pas nouvelles. Gaëlle et Matthieu, nous nous sommes battus côte à côte contre l’aéroport de NDDL, pour une gestion publique de l’eau, pour le développement des transports en communs et contre les différents choix anti-écologistes de notre ville ou de notre Métropole. Et nous continuerons à le faire.

Cependant, sur le sujet de cette délibération, nous avons un désaccord. En effet, de notre point de vue, ce pacte finance-climat est pétri de contradictions.

Sur le fond d’abord, comme vous le rappelez dans le vœu, il est question de faire des banques, des fonds de pensions et autres assurances, je cite, des « facilitateurs » dans l’objectif de combattre le dérèglement climatique. Nous ne partageons pas ce point de vue. Ces institutions financières, privées, n’ont pas pour objectif la sauvegarde de l’environnement mais plutôt le profit, et c’est leur logique et leur rôle. Au contraire, ces institutions ont montré à de multiples occasions leur désintérêt pour la cause écologiste. Inutile de m’étendre en prenant de nombreux exemples, tout le monde connait au moins un financement de projet scandaleux écologiquement ici ou ailleurs.

D’une manière plus générale, ce sujet pose la question du cadre nécessaire à une bifurcation écologique radicale. Le cadre actuel, libéral, avec ses monstres financiers n’est pas propice. Il paraît dès lors incroyable de ne pas évoquer la nationalisation nécessaire de ces établissements financiers pour en faire de vrais outils de lutte contre le réchauffement climatique. Sans oublier les différentes entreprises du secteur énergétique qui doivent impérativement revenir dans le giron public, évidemment.

Sur la forme désormais, comment peut-on considérer comme crédible un pacte soi-disant pour le climat signé par un des principaux organisateur du libre-échange dans le monde entier (Pascal Lamy, ancien Président de l’OMC) ?

Comment peut-on considérer comme crédible un pacte soi-disant pour le climat signé par un des artisans les plus efficace de la destruction de littoraux fragiles (Le Prince Albert de Monaco) ?

Comment peut-on considérer comme crédible un pacte soi-disant pour le climat signé par l’une des ardentes défenseuse des multinationales et de la destruction des normes environnementales qui, d’après elle, les contraindraient (Laurence Parisot, ancienne présidente du MEDEF) ?

Comment peut-on considérer comme crédible un pacte soi-disant pour le climat signé par une myriade de députés En Marche, disposés à baisser les aides à l’agriculture bio, repousser l’impérative nécessité de sortir du nucléaire, organiser des grands travaux extrêmement polluants en Guyane et en Métropole, etc ?

Ce vœu part d’une bonne intention évidente, nous n’allons pas nous y opposer, nous votons donc pour mais sans aucune illusion sur le résultat de la démarche.

Autres articles qui pourraient vous intéresser