Menu Fermer

Réagissons face aux méfaits de l’extrême-droite à Rennes : Lettre ouverte à Mme la Maire et M le Préfet

schema2014-625x438

Samedi 28 janvier, des actes violents et racistes se sont déroulés d’une manière répétée à l’encontre de passants, clients et commerçants de la rue St Michel à Rennes.

Ces agresseurs, cagoulés mais identifiés comme étant des militants d’extrême-droite, supporters du club de football FC Nantes interdits de stade, n’ont été à aucun moment ramenés à leurs cars qu’ils n’auraient semble-t-il jamais dû quitter.

Malgré les appels à la police de plusieurs personnes dont des commerçants, aucune intervention n’a eu lieu.

Nous vous demandons des explications sur l’absence de réponse aux appels ainsi que l’absence d’intervention pour protéger les personnes agressées. Convenez qu’il y a de quoi être indigné par l’absence d’intervention de la police. Sa célérité était plus importante lorsqu’il s’est agit au printemps dernier de réprimer le mouvement social contre la loi Travail.

Nous nous interrogeons sur les mesures annoncées pour lutter contre la recrudescence de violences et d’attaques de groupes d’extrême-droite.

Ces quelques dizaines de personnes, facilement repérables sur les réseaux sociaux, organisent des sorties pour insulter et violenter des Rennaises et Rennais la nuit dans le centre-ville. Ce type d’actes a par ailleurs également été repéré à Fougères en marge du meeting de Marion Maréchal Le Pen le 20 janvier.

Cette agression délibérée et préméditée ne doit pas être prise à la légère. Les habitants sont inquiets, vous leur devez des réponses. Une cinquantaine de commerçants a signé un texte d’interpellation sur ce sujet, que nous soutenons, et qui appelle des réponses rapides et adaptées de votre part.

Yannick Le Gargasson et jean-Paul Tual

Autres articles qui pourraient vous intéresser