Menu Fermer

Rénovation du Blosne, beaucoup de questions sans réponse ! Intervention de Jean-Paul au Conseil Municipal du 10 septembre 2018

Mme la maire, chers collègues,

Il nous est demandé d’approuver le dossier d’extension de la ZAC Blosne Est, pour lequel j’écarte tout suspense, puisque nous nous abstiendrons. Plusieurs raisons à notre abstention, autour de problématiques essentielles à l’équilibre du quartier.

            Tout d’abord, sur la forme, comment ne pas s’indigner quand on lit que la dernière procédure de participation dite « par voie électronique », ouverte du 12 juin au 13 juillet, n’aurait généré aucune remarque. En conséquence, il est proposé d’approuver ce dossier. Mais de quelle participation parle-t-on ? D’une consultation citoyenne, d’une consultation publique, accessible ? Ou plutôt d’une simple procédure administrative, affichée en bas d’un immeuble et vue par personne ?

Et pourtant, lors de la première phase de consultation, nous avons pris connaissance, entre-autre, « que les débats soulevés lors de la concertation ont porté sur les thèmes de la densité, du stationnement, de la qualité paysagère, de la réhabilitation du bâti et du vivre ensemble ». Aujourd’hui, le sujet nous est présenté comme s’il reflétait un consensus total. Ce qui n’est pas le cas.

            Revenons-en au dossier et rappelons-nous bien que ce quartier a été construit à la campagne, qu’il a préservé des espaces naturels tels que des talus et leurs rangées de chênes, etc. Cet urbanisme atypique pour l’époque a valu une reconnaissance et un cachet plutôt positif d’équilibre entre nature et constructions. Même si nous ne partageons pas tout ce qui a été fait dans l’ex ZUP-sud, reconnaissons au moins cet aspect.

Ce projet d’extension de la partie Est du Blosne prévoit la création de 1250 logements sur 90000m2, 20000m2 d’activités tertiaires 15000m2 d’équipements publics et 15000m2 de locaux artisanaux et commerciaux. Comment ne pas imaginer un impact de dénaturation sur ce qui fait encore aujourd’hui un quartier aux multiples espaces aérés ? Où sont les réponses aux questions soulevées sur la densité, la réhabilitation du bâti et la qualité paysagère ? La délibération n’en dit rien, aucune réponse point par point, documentations à l’appui.

            Il nous est demandé dans une autre délibération, la DCM n°33 d’approuver l’acquisition d’un lot de 4 parkings rue de Pologne et rue de Hongrie, dans le but de réaliser de nouvelles constructions. Encore une fois, la suppression de ces parkings répond-elle aux inquiétudes sur les problèmes de stationnement relevées dans la consultation ? La densification annoncée a-t-elle intégré l’exigence de solution de parking pour les résidents anciens et nouveaux ? La délibération n’en dit rien.

            Le nouveau cœur du Blosne souhaité autour de l’actuelle place de Zagreb crée un espace commercial centralisé. Son impact sur les commerces actuels du Landrel, de Ste Elisabeth, de Torigné, voire d’Italie prend il en compte l’absolue nécessité de maintenir de la proximité ? La délibération n’en dit rien.

            Autre sujet qui interroge à propos des mobilités au Blosne, c’est la place réservée à l’usage du vélo. Si l’actuelle situation est loin d’être satisfaisante, les travaux n’arrangent vraiment pas les choses Alors, le projet comporte-il des garanties sur la place réservée à l’usage du vélo ? La délibération n’en dit rien.

            Encore une fois, nous déplorons que notre groupe, d’opposition, soit mis dans une situation d’approbation de projets de délibération sans connaissance de tous les éléments du sujet concerné, avec les phases étapes. Cette méthode de travail qui écarte l’opposition de presque tout et réserve à la majorité l’exclusivité des informations pose un vrai problème de démocratie dans le Conseil Municipal.

Autres articles qui pourraient vous intéresser