Menu Fermer

Réponse à la droite sur son indécente analyse du mouvement des Gilets jaunes, intervention de Jean-Paul au Conseil Municipal du 1er avril

Vous trouverez le vœu de la droite ici

 

Madame la maire, chers collègues,

Cette proposition de vœu par le groupe de droite Alternance 2020 propose une analyse indécente du mouvement social inédit en cours qui mérite que nous y répondions. Évidemment, nous voterons contre ce vœu.

Les mobilisations inspirées par cette partie de la population invisible, silencieuse, souvent en dehors des traditionnelles mobilisations syndicales, politiques ou associatives, bien souvent abstentionniste, ont été rendues visibles en utilisant le fameux gilet jaune.

 Il peut sembler républicain, sérieux et crédible de dénoncer les violences dans l’expression politique, les modalités d’action des uns ou des autres, sans doute, mais de quelles violences parlons-nous ?

Le parcours de vie de bien de ces personnes ne trompe pas sur les dégâts causés par les politiques libérales soutenues par les initiateurs de ce texte. Comment ne pas voir les racines sociales, l’injustice fiscale, le discrédit de la représentation politique phagocytée par les Institutions de la Vème république, tous ces décrochages dans ces mobilisations populaires ?

Le pouvoir actuel agresse tous les piliers solidaires de notre société. Que ce soit le logement avec les APL, la sécurité sociale, les indemnités chômage, les retraites, la santé, etc. Le libéralisme tue, casse et aggrave les inégalités sociales, déclasse et abandonne encore plus de gens. Quand la spéculation rapporte plus que le travail, quand des revenus en dividendes sont moins taxés que les salaires, entendre parler de violences, oui, ça c’est de la violence, celle des riches !

Avez-vous conscience qu’en même temps que la société paupérise de plus en plus de monde, les traitements médiatiques haineux à l’encontre de celles et ceux qui exècrent le système dominant avec ou sans gilet jaune, celles et ceux qui se mobilisent, qui luttent et aspirent à plus de justice et de Démocratie, sont systématiquement dégradants, insultants, stigmatisant. Être « gilet jaune » sur un plateau TV n’a jamais été une position facile si vous observez objectivement, vous y verrez toute cette haine de classe. Qui peut penser que cela ne choque pas bon nombre de françaises et de français ?

Quand on écoute, que l’on se rend sur un rond-point, que l’on discute, on comprend mieux beaucoup de choses.

Ce vœu fait état de la situation difficile de certains commerces du centre-ville en lien avec les manifestations répétées depuis 4 mois. Certes. Il faut tout de même se poser 4 questions :

Qui a sorti les « gilets jaunes » des rond points et interdit aujourd’hui qu’ils y reviennent ? Le pouvoir.

Qui méprise les revendications légitimes des Gilets jaunes en affirmant que, quoi qu’il arrive, grand débat ou non, il n’y répondra pas ? Le pouvoir.

Qui interdit les lieux de manifestations comme ici le centre-ville depuis pratiquement les premières manifs contre la loi El Khomri en 2016 entraînant des affrontements quasi systématiques ? Le pouvoir.

Qui mutile, éborgne et tue des manifestants, y compris pacifistes, en faisant fi de toutes les alertes de l’Onu, du Conseil de l’Europe, du Défenseur des droits, d’Amnesty International ? Le pouvoir.

La colère populaire est combattue par le pouvoir, militairement et par les médias interposés. L’exaspération grandit et ne s’arrêtera pas. Enfin, il nous parait paradoxal que les pyromanes que vous soutenez au gouvernement jouent aux pompiers. La cohérence républicaine pour la paix sociale, passe inévitablement par une autre politique, qui ne privilégie pas les plus riches et n’insulte pas les autres.

Les conséquences des mobilisations des gilets jaunes sont imputables au Gouvernement, pas aux manifestants.

Autres articles qui pourraient vous intéresser