Menu Fermer

Se baigner dans la Vilaine, une décision politique

M.Brient, chercheur à l’Université de Rennes 1, répondait ce 23 avril aux questions de Ouest-France à propos de la qualité de l’eau de la Vilaine. Comme chacun sait, elle est catastrophique, l’une des plus polluée de France, ce qui empêche, entre autre, qu’on puisse s’y baigner.

Cette situation n’est pas irrémédiable, puisqu’elle résulte de choix politiques de longue date, des Majorités dominantes à Rennes, la Métropole et le Département.

La sonnette d’alarme est tirée depuis des années par de nombreuses associations et même par la Préfecture qui reprend parfois leurs propositions. Les pollutions connues pointent la présence importante de nitrates, phosphore, macro-polluants, etc. Seulement 13% du volume d’eau de surface du Bassin de la Vilaine est considéré comme en « bon état ». En 2007, le Grenelle de l’environnement fixait l’objectif de 36% pour 2015 mais il a été repoussé à 2021 par la Majorité, ce que nous avions déjà dénoncé en Conseil Municipal.

Si des actions sont menées ici et là, il n’empêche que les résultats sanctionnent un échec cuisant. L’alternative à cette situation insoutenable du point de vue de la santé de la population, de la nature et des animaux pose la question des priorités politiques.

Nous pensons que la qualité des eaux de surface et souterraines doivent être déclarées comme une priorité absolue par les élus. Un budget conséquent peut être décidé pour aider à la transition de l’agriculture en bio dans les zones de captage. Les industriels pollueurs connus ne doivent plus être protégés, les PLU doivent mieux intégrer les impacts d’urbanisation, et les avis des associations environnementales mieux pris en compte.

Au-delà des nécessités de qualité de l’eau, et de santé publique, une nouvelle politique conquérante amènerait les factures des consommateurs à la baisse, car moins de pollution signifie moins de traitement des eaux aujourd’hui très coûteux. Pour 4,64€ le m3, 1,64€ sont consacrés à la dépollution et l’assainissement, soit 35%.

Seules des décisions courageuses pourront donc permettre de plonger à nouveau dans la Vilaine. Il y a urgence.

Autres articles qui pourraient vous intéresser